Entre Sacy, Vermonton et Nitry (Cécile Dauchez)

Une lectrice anonyme. (Le texte, écrit à l'invitation de Cécile Dauchez, était présenté comme un insert dans le numéro de La Belle Revue 2013 à l'endroit des photographies de Cécile Dauchez pp. 70 et 71)

Une lectrice anonyme. (Le texte, écrit sur une invitation de Cécile Dauchez pour la sortie du numéro La Belle Revue rétrospective 2013 au MAC/VAL, était présenté en insert à l’endroit des photographies de l’artiste pp. 70 et 71, dans la rubrique In situ)

– T’as pas un stylo ?

– Regarde dans la boîte à gants.

On est en voiture. Je m’apprête à te montrer sur mon téléphone une photo de yogi que Cécile m’a envoyée pour que tu me parles de la posture dans laquelle il se tient, je cherche dans mon sac quelque chose pour noter ce que tu me vas me répondre mais je ne trouve que ce devis des Pompes Funèbres Générales. Maman est morte le 12 février, l’incinération a eu lieu le 22. Le mec qui m’avait fait le devis aux Pompes Funèbres Générales ne nous avait pas montré les cercueils les moins chers à la fin du catalogue, ça m’avait énervé. « Ha oui ceux là, bon je ne dirais pas qu’ils sont pour les indigents mais, enfin, vous voyez…» Non je ne voyais pas. Finalement, on avait été ailleurs. Depuis, j’avais oublié que j’avais ce devis en permanence sur moi. Je transportais chacun de ces détails à mon cou, sans le savoir : vacation de police 20€, cercueil en chêne massif, finition vernis satiné, fond débordant, équipé d’une cuvette étanche, d’une plaque d’identité et de 4 poignées Base en résine finition argent, 857€, équipe de 3 porteurs au convoi, 521, 74€, service économique : corbillard avec chauffeur, 544, 86€, etc.

— C’est qui ce mec en string ?

— C’est un yogi, Pierre. Elle s’appelle comment cette posture déjà ? Tu dois le savoir, toi ? Non ?

— Sirsasana, c’est le nom de la posture sur la tête.

— Et ça fait quoi en fait de se mettre la tête à l’envers ?

— Ils disent que c’est bon pour la circulation et pour la concentration. Le cœur est soulagé. Le sang revient tout seul.

— Où on est là ?

— À côté d’Auxerre.

— On s’arrête déjà ?

— Faut que je prenne du gaz.

Le cœur est soulagé. Le sang revient tout seul. Je regarde les deux autres images que Cécile m’a envoyées. Une image numérique semble composée de différentes sphères ou demi-sphères, des sortes d’abat-jour lumineux qui se détachent sur un fond noir. Celui en arrière plan est vu d’en haut, un autre est vu de profil, il a l’air d’avoir été peinturluré par des enfants, il flotte, le dernier est tout aplati. Je pense aux différentes représentations de l’espace-temps.

— Vas-t’en toi !

— Tu vois quoi toi sur cette image ?

— Un tronc d’arbre … Une planète … Je ne sais pas … Allez vas-t’en le chauve !

On avance enfin. Tu descends de la voiture. Tu prends du gaz. Tu gonfles les pneus et tu t’éloignes. Tu vas payer.

Je regarde maintenant la dernière image, elle est plus grande que les autres. Elle tient sur une double page. La photo a été prise d’une fenêtre en hauteur, sans doute depuis la fenêtre d’un immeuble. À la croisée de deux allées sur un carré de pelouse entouré de cyprès un couple s’embrasse à l’abri des regards, pensent-ils. Ils sont étendus sur une petite serviette dans l’herbe, elle porte un short. À côté d’eux, il y a ses chaussures à elle qu’elle a enlevées et posées à côté de leur sac-à-dos. Lui a gardé les siennes de chaussures, des grosses chaussures. Elle est allongée sur lui. Ils en sont là.

Le temps partout s’arrête. J’associe le son des voitures au loin sur l’autoroute au bruit du vent, sans doute à cause du drapeau publicitaire en tissu bleu synthétique qui s’agite à côté de moi. Tu m’as laissée là dans la voiture à la borne « Air ». Ça sonne faux. Il y a quand même beaucoup de vent. Je veux dire il y a vraiment du vent. Mais le son des voitures donne l’impression d’encore plus de vent, un autre vent, un vent terrible, qui rend terrible le paysage autour.

Tu reviens avec un café. On reprend la route. J’envoie un message à Cécile. Mon téléphone qui sait toujours un peu mieux que moi où je me trouve indique qu’on est quelque part entre Sacy, Vermonton et Nitry.

 

Capture d’écran 2014-04-25 à 13.16.20 Capture d’écran 2014-04-25 à 13.16.35

Lire la revue en ligne.